Les lettres de Muriel Crawford

Marilla Marshall-Sloan et Rachael Besselink

L’histoire de Muriel Crawford et Fred Kitching

Muriel Crawford, c1914

Muriel Crawford, c1914. University of Melbourne Archives, Murielle Crawford collection, 1988.0171, box 5

Frederick Kitching était un soldat qui est né à Burneston, dans le Yorkshire et qui a déménagé dans le Queensland, en Australie, pour des raisons de santé. Fred et Muriel se sont rencontrés en 1909. Pendant la guerre, Fred et sa fiancée se sont beaucoup écrits. Muriel correspondait aussi fréquemment avec la famille de Fred, les Kitchings, qui résidaient encore dans le Yorkshire. En particulier, Muriel a reçu des lettres de la sœur de Fred, Ethel. La communication entre Muriel et la famille Kitching est devenue particulièrement importante après la mort de Fred le 6 février 1918 d’une infection des reins (néphrite aiguë). Les circonstances entourant la mort de Fred sont tragiques parce que ce n’est pas la guerre qui l’a tué, mais un problème de santé.

La sœur intéressante: Ethel quelques mois après la mort de son frère, Fred

Naturellement, la famille de Fred est très triste après la mort de son fils.  Dans les nombreuses lettres qu’Ethel et sa mère  écrivent à Muriel, elles essayent de trouver un sens à la mort de Fred ; dans les lettres, elles utilisent des mots comme «noble » et « devoir » (Ethel à Muriel, 16 juin 1918). Le mot « pauvre » est aussi souvent utilisé et indique que Fred était le favori de la famille. Ethel admirait évidemment sa « vivacité ». Ethel était le chef de la correspondance entre Muriel et la famille Kitching, et elle a continué à écrire malgré le retard crée par la distance entre l’Angleterre et l’Australie : souvent, il se passait deux mois ou plus avant que les lettres n’arrivent à leur destination. Dans ses lettres, Ethel parle de la vie après Fred. Elle parle d’une vie changée par la guerre, mais encore essentiellement la même. Ethel dit que son père est toujours infirme avec une maladie du cerveau et qu’elle est son infirmière. Ethel et sa mère disent toutes les deux que le père est une charge. Quand elle parle de Fred, Ethel est très pragmatique. Selon sa lettre du 16 juin 1918, Muriel serait tombée malade après avoir appris la nouvelle de la mort de Fred. Le conseil d’Ethel pour Muriel, est que Muriel doit «se détendre » pour l’amour de sa mère et de ses sœurs ; ce conseil est un peu cruel, peut-être, mais Ethel était très religieuse, et avait confiance en Dieu. Elle exprime son inquiétude que Muriel ait perdu sa foi en Dieu ; pour une personne pieuse, l’idée que Dieu n’existe pas est inconcevable, et ses lettres sont remplies de mots sur Dieu et la foi. Ethel est comme sa mère, toutes deux se réconfortent en expliquant la mort de Fred comme la volonté de Dieu. Les phrases que les femmes Kitching utilisent sont un peu condescendantes, et reflètent l’époque. Une section particulièrement intéressante dans la lettre du 17 novembre 1918 démontre les idées de ces femmes sur le courage et l’engagement. Ethel dit à Muriel qu’elle est « désolée » de la mort de Fred Bennet, un ami de Muriel et de Fred Kitching, mais elle n’est pas complètement compatissante, parce que Bennet ne s’est pas engagé dans l’armée, à cause d’une maladie non mentionnée (Ethel à Muriel, 17 Novembre 1918). Elle apparaît même tout à fait sans cœur. Elle utilise la mort de Fred Bennet pour justifier la mort de Fred, et elle se demande pourquoi Bennet ne s’est pas engagé dans l’armée alors qu’ il savait qu’il était en phase terminale de sa maladie. Ces phrases représentent les idées strictes de l’époque sur la masculinité et le courage.

Les mystères : les questions sans réponse  

Fred Kitching, c1914

Fred Kitching, c1914. University of Melbourne Archives, Muriel Crawford collection, 1988.0171 box 5

Les Kitchings étaient une famille intéressante, et les lettres d’Ethel à Muriel  soulèvent beaucoup de questions qui ne sont pas résolues. Il y a plusieurs mystères qu’un lecteur voudrait résoudre. Il y a le mystère du père Kitching ainsi que l’absence de lettres après 1919. Le mystère du père Kitching est que le patriarche était malade avant la mort de Fred ; il est un « fardeau » pour sa fille Ethel, son infirmière (Ethel à Muriel, 18 août 1918). La médecine de l’époque n’était pas très avancée ou développée, et si le père souffrait d’une maladie comme Alzheimer, la famille ne pouvait pas le savoir. Le mystère d’Ethel est intéressant, parce qu’elle semble être restée célibataire, « vieille fille ». A cette période, au tout début du 20e siècle, il était encore fréquent qu’une fille devienne l’infirmière de ses parents. Sans connaitre l’histoire complète, on peut supposer qu’Ethel était une de ces filles. Malgré le grand nombre de lettres, les archives ne contiennent pas de lettres écrites après juin 1919, et il n’y a pas d’explication de la fin de cette correspondance. Peut-être que la famille Kitching a perdu son intérêt pour Muriel, ou peut-être que la suite de la correspondance n’aurait pas permis pas de passer à autre chose, de faire le deuil de Fred. Ou peut-être est-ce Muriel qui a cessé la correspondance pour les mêmes raisons. Ou, peut-être la correspondance a-t-elle continué, les archives ne le disent pas.

BIBLIOGRAPHIE 

Kitching, F. (1918, Janvier 14). Dearest Muriel. [Lettre à Muriel Crawford]. Collection de Muriel Crawford. L’Universitaire de Melbourne Archives, Melbourne.

Kitching, E. (1918, Février 17). My Dear Muriel. [Lettre à Muriel Crawford]. Collection de Muriel Crawford. L’Universitaire de Melbourne Archives, Melbourne.

Kitching, E. (1918, Février 24). My Dear Muriel. [Lettre à Muriel Crawford]. Collection de Muriel Crawford. L’Universitaire de Melbourne Archives, Melbourne.

Kitching, E. (1918, Avril 7). My Dear Muriel. [Lettre à Muriel Crawford]. Collection de Muriel Crawford. L’Universitaire de Melbourne Archives, Melbourne.

Kitching, E. (1918, Novembre 17). My Dear Muriel. [Lettre à Muriel Crawford]. Collection de Muriel Crawford. L’Universitaire de Melbourne Archives, Melbourne.

Kitching, E. (1918, Juin 16). My Dear Muriel. [Lettre à Muriel Crawford]. Collection de Muriel Crawford. L’Universitaire de Melbourne Archives, Melbourne.

Kitching, E. (1918, Octobre 20). My Dear Muriel. [Lettre à Muriel Crawford]. Collection de Muriel Crawford. L’Universitaire de Melbourne Archives, Melbourne.

Kitching, E. (1918, Septembre 10). My Dear Muriel. [Lettre à Muriel Crawford]. Collection de Muriel Crawford. L’Universitaire de Melbourne Archives, Melbourne.

Kitching, E. (1918, Decembre 15). My Dear Muriel. [Lettre à Muriel Crawford]. Collection de Muriel Crawford. L’Universitaire de Melbourne Archives, Melbourne.

This entry was posted by dev-admin on at and is filed under Back home, Women in the war. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Want to get in touch?

For more information about the website or the collections, contact the University of Melbourne Archives at archives@archives.unimelb.edu.au or via the web form.

Contact us