Chisholm : Un Homme de Livres

Yifei Ma

Universitaire et soldat, Chisholm est un nom de la Grande Guerre (1914-1918) que l’on ne peut pas ignorer à l’Université de Melbourne.

Sketch of Alan Chisholm, 1917, unknown artist

Sketch of Alan Chisholm, 1917, unknown artist. University of Melbourne Archives, Alan Rowland Chisholm collection, 2002.0029

Qui était Chisholm

Alan Rowland Chisholm (1888 – 1981) était professeur de français, critique et commentateur. Il est né à Bathurst, en Nouvelle-Galles du Sud. Après que sa famille a déménagé à Sydney, Chisholm s’est passionné pour les langues, en particulier le français et le latin, qu’il a continué à étudier à l’université de Sydney. Diplômé en 1911, il a enseigné dans deux écoles locales, puis voyagé en Europe. En 1914 il est retourné à Sydney où il est devenu membre de l’Ecole d’Enseignants (Teachers’ College) (Scott, 2007).

Un an plus tard, le 22 décembre 1915, Chisholm s’est engagé dans la Force Impériale australienne, tout juste trois mois après son mariage. Pendant les deux dernières années de la guerre, il a servi sur le front occidental en interceptant les communications ennemies. Le 25 octobre 1919, il a été démobilisé comme lieutenant à Sydney.

De nouveau civil, Chisholm a repris sa carrière d’enseignant. En 1921, il a commencé à donner des cours de français à l’université de Melbourne jusqu’en 1957 où il a pris sa retraite. Il s’est notamment consacré à l’étude du poète français Stéphane Mallarmé (Scott, 2007).

Un soldat et un intellectuel

Deux ans après s’être engagé, Chisholm est parti en Europe en 1917. En lisant ses notes et sa correspondance au cours de cette période, on retrouve sa passion pour les lettres et sa double identité de soldat et d’intellectuel.

Sur le front occidental en France, il a notamment travaillé dans les stations d’écoute pour intercepter les plans et les opérations allemandes : Chisholm parlait non seulement français, mais aussi allemand.

De Goethe à « en ce moment » : la lecture dans les tranchées

"Books read on active service" by Alan Chisholm, c1919

Excerpt from “Books read on active service” by Alan Chisholm, c1919. University of Melbourne Archives, Alan Rowland Chisholm collection, 2002.0029

Dans les tranchées, le temps libre de Chisholm était occupé par les livres. La liste des livres qu’il a lus pendant la guerre est longue, et comprend « Le Portrait de Dorian Gray » d’Oscar Wilde, « Le Rhin » de Victor Hugo,  « Le Roi Lear », « Hamlet» et « Macbeth » de William Shakespeare, ainsi que « Faust » de Johann Wolfgang von Goethe – il a lu des centaines de livres avant la fin de son service actif, le 28 juin 1919 (Chisholm, 1919). Selon ses lettres à sa sœur Flo et à sa mère (lettres du 23 juin 1917 ; et du 24 juin 1917), il a obtenu ces œuvres de partout: d’amis français, des bibliothèques locales, et même des allemands, quand il a trouvé une petite bibliothèque dans une tranchée-abri allemande capturée. Se plongeant dans cet océan de livres, il ne peut s’empêcher de comparer l’univers littéraire allemand et cette guerre dans laquelle il vivait. En particulier, il remarque le contraste entre les poursuites spirituelles de l’Allemagne de Goethe et la situation “en ce moment”. Dans une lettre à sa mère, il exprime son étonnement, sa déception, envers ce pays “actuel” qui a provoqué la guerre (communication personnelle, le 23 juin 1917):

It is wonderful to consider the difference between that fine early period of German history and the present. There, in Goethe’s time, it is all art and idealism, enthusiasm for beauty and truth, a continual striving for material and spiritual liberty; and now! I can’t bring myself to read any of the present day German stuff. It seems the work of a different people: as if Goethe’s Faust were come true, and Germany had pledged her very soul to the devil. I hope some good may yet come out of the German people.

Pour conclure, voici un extrait d’une lettre de Chisholm à sa sœur Flo (communication personnelle, le 6 novembre 1917). Il semble que la guerre n’était pas ce à quoi les Alliés s’attendaient – courte et facile à gagner ; mais quel que soit le moment et le lieu, le mal du pays se faisait toujours sentir :

Today is my birthday and we celebrated it by having a glorious Macaroni and cheese pudding for dinner – a huge dish of it between five of us – and Lord, we did eat… I hope to spend the next one at home. Surely the war won’t drag on further than that…

Il avait presque raison; la guerre finira un an et cinq jours après cet anniversaire-là …

 

Bibliographie

[Chisholm, A. R.]. [ca. 1919]. Books Read on Active Service. Unpublished manuscript, Box 5. University of Melbourne Archives: Melbourne, Australia.

[Chisholm, A. R.]. [ca. 1966]. Chisholm’s Reminiscences. Unpublished manuscript, Box 5. University of Melbourne Archives: Melbourne, Australia.

Scott, S. (2007).  Chisholm, Alan Rowland (1888–1981). Retrieved from http://adb.anu.edu.au/biography/chisholm-alan-rowland-12315/text22121

This entry was posted by dev-admin on at and is filed under Words of war. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Want to get in touch?

For more information about the website or the collections, contact the University of Melbourne Archives at archives@archives.unimelb.edu.au or via the web form.

Contact us