Ceux qui restent / Gérer la guerre à l’arrière

Stephanie Kilpatrick

Dans les lettres entre Ethel et Muriel, nous voyons les espoirs et les craintes des familles des soldats pendant la Première Guerre Mondiale. Ethel revient à la maison familiale à Yorkshire, en Angleterre, où sa famille a déménagé en 1900 quand Fred, son frère, avait 14 ans. Ethel a six frères dont Fred, et peut-être deux sœurs ou belles-sœurs, dont elle parle. Elle s’est occupée de sa mère et de son père, qui ont tous deux souffert de diverses maladies, et elle est devenue le pilier de la famille. Elle raconte aussi la mort de celui qu’elle aime et de son frère Fred, le fiancé de Muriel.

Murielle Crawford, c1914

Murielle Crawford, c1914. University of Melbourne Archives, Murielle Crawford collection, 1988.0171

D’après ses lettres, on apprend que son père était très malade pendant la guerre; il est possible qu’il souffrait de ‘Dementia’ ou quelque chose de ce genre. La mère, qui pour sa part avait des problèmes aux pieds, ne pouvait s’occuper de lui. C’est la raison pour laquelle Ethel est rentrée à la maison. Par ailleurs, elle parle aussi d’autres maladies dont les gens souffraient en conséquence de la guerre. En effet, pendant la guerre, que ce soit au front ou dans le pays, il y avait une pénurie de nourriture, ce qui a amené à l’introduction d’un système de rationnement à partir de février 1918. Ethel mentionne la mauvaise qualité de la farine, ce qui causait des empoisonnements alimentaires, des diarrhées et autres problèmes. En outre, en 1918, la grippe espagnole a éclaté et beaucoup en sont morts. En Angleterre, on a fermé les écoles à cause de cela. Dans cette même lettre, Ethel dit qu’elle-même a attrapé la grippe mais  qu’il n’est pas clair que ce soit la grippe espagnole. Le fait est que malgré les courbatures, elle a dû continuer à s’occuper de ses parents tandis que Harry, qui lui aussi avait la grippe, a été alité pendant 10 jours et a pu se reposer.

Fred Kitching, c1914

Fred Kitching, c1914. University of Melbourne Archives, Muriel Crawford collection, 1988.0171 box 5

Malheureusement, Fred est mort à la guerre. Suite à cela, la famille d’Ethel a reçu une lettre de Sa Majesté et plus tard une autre du pasteur du 48ème bataillon. Le prêtre décrit la mort de Fred ainsi : le matin il s’est allongé, ne se sentant pas très bien, mais il s’est relevé pour prendre une tasse de thé et s’est soudain écroulé d’une crise cardiaque. Ethel a écrit au prêtre pour demander si cela aurait pu avoir été causé par un empoisonnement au gaz mais aucune réponse n’est mentionnée dans les lettres que nous avons lues. Après la mort de Fred, Ethel et Muriel rencontrent des problèmes avec la bureaucratie militaire. Fred n’avait pas laissé de testament officiel mais dans ses affaires il est indiqué que ses biens devaient revenir à Muriel. Cependant il avait aussi nommé son père comme son plus proche parent et Muriel n’était pas encore son épouse. Beaucoup de lettres parlent du fait qu’Ethel devait envoyer des preuves quant à la relation entre Muriel et Fred au bureau de l’armée. Plus tard, au bout de plusieurs mois après la mort de Fred, la mère essaie de récupérer les affaires de Fred mais en vain.

Suite à la mort de son ‘noble’ frère qui « avait donné sa vie pour sauver celle des cinq autres frères à la maison », Ethel se tourne vers Dieu, tandis que Muriel se détourne de la religion. Ethel parle plusieurs fois de la volonté de Dieu et de ne pas questionner les raisons pour lesquelles il a repris Fred. Ethel conseille à Muriel de garder la foi ; «Nous devons écouter la volonté de Dieu car il sait ce qui est mieux pour nous, bien que cela semble très dur. Le chemin de Dieu est le meilleur et sa volonté sera faite ». Ethel trouve aussi un peu de réconfort en glorifiant la mort de son frère. A plusieurs reprises elle parle de Fred en des termes très élogieux, par exemple, elle dit à Muriel de ne pas pleurer son « noble amant » car il s’est montré brave et fier et qu’il a connu une mort glorieuse.

Ethel et Muriel s’écrivent souvent mais le courrier arrive en retard à cause de la guerre. Après la mort de Fred, la famille d’Ethel, mais surtout Ethel, encourage constamment Muriel à leur rendre visite dans la maison familiale. Mais malheureusement, on ne sait pas si Muriel répond à ces lettres insistantes parce que la correspondance dans les archives s’arrête après la nouvelle de l’armistice en Angleterre. Ethel parle des réjouissances suite à cette annonce dans tout le pays. Malheureusement aussi, c’est un moment amer car le frère d’Ethel a été enterré en France et de plus, juste avant l’annonce de l’armistice, elle a appris la mort de Fred Bennet, un ami ou un beau-frère de Muriel. Ethel a courageusement fait face à la guerre et aux responsabilités qui en découlaient. 

Bibliography

Correspondence Murielle Crawford, Archives des lettres entre Ethel et Muriel

Guerre 1914- 1918 http://www.odomez.fr/vivre-a-odomez/notre-histoire/le-monuments-aux-morts/guerre-1914-1918/

Rationing and World War One http://www.historylearningsite.co.uk/rationing_and_world_war_one.htm

This entry was posted by dev-admin on at and is filed under Back home, Women in the war. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Want to get in touch?

For more information about the website or the collections, contact the University of Melbourne Archives at archives@archives.unimelb.edu.au or via the web form.

Contact us